Le marron est le fruit du châtaigner. On distingue donc le marron de la châtaigne selon que le fruit est cloisonné (châtaigne) ou entier (marron).

Les bienfaits

Le marron dispose d’une teneur en gras relativement faible, contrairement à d’autres fruits à écale. Il est également réputé pour ses propriétés bénéfiques pour l’intestin.

Une consommation régulière de fruits à écale (environ 30g par semaine) tels que le marron permettrait de réduire les corps gras présents dans le sang et permettrait ainsi la diminution des maladies cardiovasculaires.

Bien que très énergétique (attention donc à en limiter la consommation), le marron est riche en fibres, en glucides lents ainsi qu’en vitamines B, C et E : un véritable allié contre les coups de mous de l’hiver !

Histoire

Le terme « marron » serait  apparu au 16ème siècle et dériverait du radical préroman marr- qui signifiait « caillou ».

Les traces les plus anciennes des marrons ont été retrouvées sur le territoire perse.

Attention cependant, tous les marrons ne sont pas comestibles : le fruit des marronniers d’Inde sont même toxiques !

Sélection, consommation et conservation

Pour sélectionner vos marrons, commencez par les soupesez: ils doivent être lourds. Leur écorce doit également avoir un aspect brillant. Au toucher, l’écorce ne doit pas se décoller du fruit. Evitez les fruits dont la coque est trouée, signe qu’il est attaqué par les vers.

Le marron se mange cru, bouilli ou grillé selon que vous le cuisinerez en purée, crème, soupe, garniture de viandes, pâtisseries, mousses, entremets ou encore en salade.

Attention à bien conserver vos marrons : sous leur aspect robuste, ces fruits sont fragiles et craignent l’humidité et la chaleur. Veillez donc à les conserver entiers dans le bac à légumes du réfrigérateur ou à les congeler une fois cuits et épluchés.

Astuces culinaires

- Le marron est un régal, simplement rôti au four : pour cela, incisez l’écorce et la peau sur le côté large du fruit, à l’aide d’un couteau bien aiguisé, puis faites cuire les marrons au four durant 20 minutes ou dans une poêle spéciale à trous.

- Le marron accompagne parfaitement les garnitures de légumes nouveaux.

- Pour réaliser des marrons glacés, assurez-vous de sélectionner des marrons frais. Ensuite, de l’eau et du sucre et le tour est joué !

Idées de recettes

Les produits de saison

Les produits de saison

Produits de la même gamme

Commentaire

Aucun commentaire pour le moment.

Donnez votre avis

Décembre 2016 - Marron

Décembre 2016 - Marron

Sélection, consommation et conservation

Pour sélectionner vos marrons, commencez par les soupesez: ils doivent être lourds. Leur écorce doit également avoir un aspect brillant. Au toucher, l’écorce ne doit pas se décoller du fruit. Evitez les fruits dont la coque est trouée, signe qu’il est attaqué par les vers.

Le marron se mange cru, bouilli ou grillé selon que vous le cuisinerez en purée, crème, soupe, garniture de viandes, pâtisseries, mousses, entremets ou encore en salade.

Attention à bien conserver vos marrons : sous leur aspect robuste, ces fruits sont fragiles et craignent l’humidité et la chaleur. Veillez donc à les conserver entiers dans le bac à légumes du réfrigérateur ou à les congeler une fois cuits et épluchés.

Astuces culinaires

- Le marron est un régal, simplement rôti au four : pour cela, incisez l’écorce et la peau sur le côté large du fruit, à l’aide d’un couteau bien aiguisé, puis faites cuire les marrons au four durant 20 minutes ou dans une poêle spéciale à trous.

- Le marron accompagne parfaitement les garnitures de légumes nouveaux.

- Pour réaliser des marrons glacés, assurez-vous de sélectionner des marrons frais. Ensuite, de l’eau et du sucre et le tour est joué !

Donnez votre avis